Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 12 décembre 2016

Transfert de certaines notes de ce blog sur www.nymeo.com

Les notes de ce blog concernant l'agence de création de nom NYMEO sont désormais publiées sur le site internet de NYMEO 

LOGO 0 web.png

Continuer à suivre les publications de NYMEO : ICI

et abonnez vous à notre newsletter : ICI

Merci de votre fidélité!

mercredi, 01 juin 2016

NYMEO crée le nom SeeQualis pour HELPLINE !


HELPLINE, Entreprise de Services du Numérique (ESN) qui impulse la transformation digitale des organisations, a développé récemment une nouvelle "unit business" : SeeQualis. Cette nouvelle structure  est née de la volonté de la société HELPLINE de valoriser son savoir-faire sur le marché du business management. A mi-chemin entre l'humain et la technologie, SeeQualis concentre son création de nom,creation de nom,création de nom de marque,creation de nom de marque,seequalis,helpline,entreprise,soutien,conseil,nouveau,innovation,pierre chanut,nymeoactivité sur un partage d'expérience entre ses collaborateurs et ses clients, et sur un accompagnement à la performance opérationnelle des métiers.  HELPLINE a confié à la société NYMEO la création de l’appellation de cette nouvelle société, et SeeQualis a été retenu par les équipes responsables.


Ce nouveau nom au création de nom,creation de nom,création de nom de marque,creation de nom de marque,seequalis,helpline,entreprise,soutien,conseil,nouveau,innovation,pierre chanut,nymeopotentiel international présente une grande richesse sémantique et contient donc beaucoup d'évocations. Dans un premier temps, il combine le verbe anglais "to see" et la terminaison "Qualis" que l'on peut rapprocher du mot "qualité", littéralement Seequalis signifie donc "voir la qualité". On entend aussi dans la prononciation du nom un dérivé du verbe anglais "to equalize" signifiant "égaliser", ce qui transmet une notion d'équilibre et une volonté d'harmonie. Une autre originalité par ailleurs repose dans la symétrie phonétique entre le début et la fin du nom (SI-IS) qui lui confère une prononciation très affûtée, symbolique de performance. 

lundi, 08 juin 2015

CREALYS intégré à PULSALYS.

CREALYS était ce que l'on appelle un incubateur d'entreprises innovantes situé en région Rhône-Alpes, créé en 1999. L’objectif de l’incubateur est de favoriser à la fois la valorisation des technologies développées par un éco-système universitaire et entrepreneurial de la région, mais également de favoriser le dynamisme économique local et national, par la création d’entreprises innovantes. Depuis le 6 mai 2015, CREALYS est intégré à PULSALYS occasion pour nous de revenir sur ce nom créé par NYMEO

http://pierre-chanut-nomsdemarque.blogspirit.com/archive/... 

 

crealys.jpg

 

 

 

vendredi, 29 mai 2015

L'origine du nom propre "camelot"

Pour bien saisir l'article suivant il faut avant tout savoir que camelot (le vendeur) et camelot (la ville et fortesse) n'ont pas la même étymologie, et par conséquent aucune liaison si ce n'est la sonorité. Mais d'où peuvent donc bien venir le mot et la ville "Camelot" (ou Caamelot, Kaamelott, etc selon affinités) ? La légende arthurienne présentée successivement par Chrétien de Troyes et Geoffroy de Monmouth introduit une ville prétendue imaginaire, mais l'est-elle vraiment ? kaamelott,camelot,caamelot,athur,légende,forteresse,bretagne,royaume,celte,étymologie,film,littérature,série télévisée,aventure,pierre chanut,nymeoSur le royaume de Bretagne du Vème siècle, plusieurs villes auraient pu correspondre à la célèbre capitale chevaleresque, à commencer par Cadbury Hill, ou encore Viroconium. Mais laquelle est la bonne ? Beaucoup se sont risqués à une localisation approximative du site de la légende, à commencer bien sûr par Alexandre Astier avec la série télévisée Kaamelott. Cependant, le mystère reste irrésolu encore aujourd'hui. Et si tout simplement cette ville fantôme était en effet une légende ?

L'étymologie du mot révèle une superposition des mots "Kar", signifiant "forteresse" en vieux celte, et "melo" qui évoque une colline. Kar-melo : La forteresse de la colline ; dérivé aujourd'hui en Kaamelott, Camelot et bien d'autres variantes encore. Là serait toute la signification d'une légende qui a fait rêver petits et grands plusieurs générations durant...

 

 

mardi, 30 septembre 2014

NYMEO crée le nom PULSALYS, la concordance des idées et de la pratique

NYMEO crée le nom  PULSALYS, pour désigner la Société d'Accélération du Transfert Technologique Lyon/Saint-Etienne(SATT). Aujourd'hui, les pôles universitaires français accompagnent de plus en plus l'innovation technologique, notamment par la création des SATT. Ces sociétés d'un genre nouveau sont des champs de fertilisation cultivés conjointement par les chercheurs et étudiants universitaires, les entreprises et les nouveaux entrepreneurs. Ceux-ci imaginent fréquemment de nouvelles innovations et créations qui pourraient prendre forme sur le marché.
pulsalys,université,iut,professeur,chercheur,étudiant,lyon,saint-etienne,lys,pulsion,énergie,start-up,création de nom,création de nom de marque,nom de société,creation de nom,france,idées,public,privé,soutien,contrat,image de marque,nom de marque,pierre chanut,nymeo.Seul blocage cependant : Les liens entre public et privé étaient jusqu'alors bien modestes en France. Comment faire en sorte que ces idées ne soient pas perdues ? PULSALYS a été créée dans cette optique. 

pulsalys,université,iut,professeur,chercheur,étudiant,lyon,saint-etienne,lys,pulsion,énergie,start-up,création de nom,création de nom de marque,nom de société,creation de nom,france,idées,public,privé,soutien,contrat,image de marque,nom de marque,pierre chanut,nymeo.

Le nom PULSALYS est basé sur des sonorités énergiques et des évocations signifiantes de la vocation de cette société. Avec "PULS" provenant de pulsion, c'est la notion de rythme vital, de flux nourricier qui est véhiculé. Le "LYS" final quant à lui, en plus de l'évocation de la glorieuse fleur nationale, représente adroitement la zone de rayonnement de la société : "LYon St-Etienne".

PULSALYS offre également un soutien aux étudiants souhaitant lancer leur start-up et devenir entrepreneurs. Un dispositif supplémentaire bien utile à l'innovation quand on sait le nombre de projets et d'idées qui tombent à l'eau par manque de soutien. 

L'identité visuelle de PULSALYS a été créée par l'agence MMAP.

mardi, 24 septembre 2013

Les changements sont des opportunités.

« un pessimiste voit la difficulté dans chaque opportunité, un optimiste voit l'opportunité dans chaque difficulté » Sir Winston Churchill

Les marques qui s'adaptent aux changements imposés par les ruptures technologiques, économiques ou sociales permettent d'assurer la pérennité des entreprises ou des organisations.

mardi, 03 juillet 2012

Son nom me dit quelque chose ...

"Dieu, celui Photo_jules_renard.jpgque tout le monde connaît, de nom."
 

Jules Renard / 1864-1910 / Journal - 14 avril 1894

mardi, 13 septembre 2011

La cité sans nom (extrait de HP Lovecraft) peut être eut il été mieux qu'elle en ait eu un !

"Au fin fond du désert d'Arabie gît la Cité sans Nom, délabrée et défigurée, ses remparts peu élevés enfouis sous le sable accumulé par les siècles. Telle était-elle sans doute, dès avant la fondation de Memphis, alors que les briques de Babylone n'étaient pas encore cuites. Il n'y a pas de légende assez ancienne pour révéler son nom, ou évoquer le temps de sa gloire, mais on en parle autour des feux de camp et sous la tente des cheikhs et les aïeules parfois y font allusion ; aussi toutes les tribus s'en écartent-elles, sans trop savoir pourquoi. C'est d'elle qu'avait rêvé une nuit Abdul Alhazred, le poète fou, avant de composer ces vers énigmatiques :

N'est pas mort ce qui à jamais dort
Et au long des siècles peut mourir même la mort

J'aurais dû savoir que les Arabes avaient de bonnes raisons pour se détourner de la Cité sans Nom, la cité connue par d'étranges récits, mais que nul mortel n'avait vue. Pourtant je les bravai, et m'en allai à dos de chameau dans le désert vierge. Moi seul y suis allé et c'est pourquoi aucun visage que le mien ne porte les stigmates d'une peur aussi hideuse ; c'est pourquoi je suis seul à frémir la nuit, quand le vent ébranle les fenêtres. Lorsque j'arrivai à la Cité sans Nom, au clair de lune, elle semblait me regarder, dans le calme de son sommeil éternel, froide dans la chaleur du désert."
 
Howard Philips Lovecraft
La Cité sans Nom, Lovecraft, Robert Laffon / Bouquins

mercredi, 15 octobre 2008

De la notoriété.

"Il n'est pas si aisé de se faire un nom par un ouvrage parfait que d'en faire valoir un médiocre par le nom qu'on s'est déjà acquis". La Bruyère.

La Bruyère.jpg

mercredi, 01 novembre 2006

Carnet de voyage ... dans l'alphabet

Y. avez – vous remarqué combien l’Y est une lettre pittoresque qui a des significations sans nombre ? L’arbre est un Y ; l’embranchement de deux routes est un Y ;le confluent de deux rivières est un Y ; une tête d’âne ou de bœuf est un Y ; un verre sur son pied est un Y ; un lys sur sa tige est un Y ; un suppliant qui lève les bras au ciel est un Y. Toutes les lettres ont d’abord été des images. La société humaine, le monde, l’homme tout entier est dans l’alphabet. La maçonnerie, l’astronomie, la philosophie, toutes les sciences ont là leur point de départ, imperceptible mais réel ; et cela doit être. L’alphabet est une source.
A, c’est le toit, le pignon avec sa traverse, l’arche, arx ; ou c’est l’accolade de deux amis qui s’embrassent et qui se serrent la main ; D, c’est le dos ; B, c’est le D sur le D, le dos sur le dos, la bosse ; C, c’est le croissant, c’est la lune ; E, c’est le soubassement, le pied-droit, la console et l’architrave, toute l’architecture à plafond dans une seule lettre ; F, c’est la potence, la fourche, furca ; G, c’est le cor ; H, c’est la façade de l’édifice avec ses deux tours ; I, c’est la machine de guerre lançant le projectile ; J, c’est le sac et c’est la corne d’abondance ; K, c’est l’angle de réflexion égal à l’angle d’incidence, une des clefs de la géométrie ; L, c’est la jambe et le pied ; M, c’est la montagne, ou c’est le camp, les tentes accouplées ; N, c’est la porte fermée avec sa barre diagonale ; O, c’est le soleil ; P, c’est le portefaix debout avec sa charge sur le dos ; Q, c’est la croupe avec sa queue ; R, c’est le repos, le portefaix appuyé avec son bâton ; S, c’est le serpent ; T, c’est le marteau ; U, c’est l’urne ; V, c’est le vase (de là vient qu’on les confond souvent) ; je viens de dire ce que c’est qu’Y ; X, ce sont les épées croisées, c’est le combat ; qui sera vainqueur ? On l’ignore ; aussi les hermétiques ont-ils pris X pour le signe du destin, les algébristes pour le signe de l’inconnu ; Z, c’est l’éclair, c’est Dieu.
Ainsi, d’abord la maison de l’homme et son architecture, puis le corps de l’homme, et sa structure et ses difformités ; puis la justice, la musique, l’église ; la guerre, la moisson, la géométrie ; la montagne, la vie nomade, la vie cloîtrée ; l’astronomie ; le travail et le repos ; le cheval et le serpent ; le marteau et l’urne, qu’on renverse et qu’on accouple et dont on fait la cloche ; les arbres, les fleuves, les chemins ; enfin le destin et Dieu, voilà ce que contient l’alphabet. Il se pourrait aussi que, pour quelques-uns de ces constructeurs mystérieux des langues qui bâtissent les bases de la mémoire humaine et que la mémoire humaine oublie, l’A, l’E, l’F, l’H, l’I, le K, l’L, l’M, l’N, le T, le V, l’X, et le Z ne fussent autre chose que les membrures diverses de la charpente du temple.

Victor Hugo

All the posts